Bilan sur 3 ans de contraception naturelle avec la symptothermie

Bilan sur 3 ans de contraception naturelle avec la symptothermie

Il y a 3 ans déjà, je jetais ma dernière plaquette de pilule contraceptive à la poubelle dans un geste de rébellion mais aussi de libération de mon corps qui n’en pouvait simplement plus. Au vu du nombre de visites grandissant sur mon blog sur les articles ayant trait à la contraception et à la symptothermie, j’ai eu envie, 3 ans après ce changement drastique et salvateur dans ma vie, de vous faire un retour. Je sais que beaucoup d’entre vous se reconnaissent dans mon récit de femme indignée contre la pilule, et effarée chaque jour de plus en plus de voir le désastre que les contraceptions chimiques ont causés sur notre santé à toutes. Je vous invite d’ailleurs à lire mon article dédié à mon expérience d’arrêt de la pilule écrit en 2015, et qui est pour moi toujours plus d’actualité en 2018.

 

Cela fait 3 ans que je pratique la symptothermie, et si vous avez lu mes anciens articles ou regardé mes vidéos, ce terme ne vous est pas inconnu. J’ai même sorti il y a quelques mois mon tout premier guide de la débutante pour commencer la symptothermie, disponible au téléchargement sur ce lien.

 

 

Qu’est-ce que la symptothermie ?

La symptothermie est une méthode de gestion de la fertilité naturelle, fiable, écologique et respectueuse du corps de la femme. Pourquoi utiliser le terme « gestion de la fertilité » plutôt que « contraception » ? Tout simplement parce que même si la plupart des femmes qui débutent la symptothermie sont comme moi en recherche d’un moyen de contraception fiable, de plus en plus de couples se tournent aussi vers cette méthode pour concevoir un enfant.

La symptothermie a en effet cela d’intéressant qu’elle permet de connaître parfaitement le fonctionnement de son corps et de sa fertilité, chose qui me paraît simplement essentielle et évidente à l’ère où la pilule contraceptive infantilise les femmes chaque jour en leur faisant croire que leur seul moyen de ne pas tomber enceinte est d’avaler une petite pilule qui va mettre leurs ovaires dans le coma sur des périodes atrocement longues. (Je l’avais moi-même utilisée pendant près de 10 ans à mes 24 ans, quand j’ai décidé de stopper net cet empoisonnement consenti que j’infligeais à mon corps.)

La symptothermie, méthode de contraception mais aussi de conception, ancienne mais pour autant révolutionnaire, a changé ma vie dès les premiers instants.

 

Acheter mon thermomètre à double décimale pour pratiquer la symptothermie
Frais de port gratuits

 

Mes débuts avec la symptothermie

Je dois dire qu’au départ, j’ai choisi de faire confiance à la symptothermie autant qu’à moi-même. M’étant beaucoup informée sur le sujet avant de débuter avec le peu de ressources disponibles en ligne, et voulant trouver un moyen de gérer ma contraception autrement qu’en passant par la case douloureuse et traumatisante du stérilet, c’est sans trop m’affoler que j’ai faits mes débuts en tant que symptothermicienne.

Ce serait mentir de vous dire que je n’ai pas eu une petite appréhension au départ, due au fait que je m’engageais sur une voie dont, à l’époque, absolument personne de mon entourage n’avait entendu parler. Cependant, jour après jour et à mesure que les premières semaines défilaient, j’étais davantage émerveillée par l’exactitude des observations faites, et la remise en bon fonctionnement de mon système reproducteur (On ne s’en rend pas compte quand on est anesthésiée sous pilule, mais les organes reproducteurs dorment littéralement d’un profond sommeil. Une fois réveillés, c’est tout un mécanisme physique qui se remet en marche.), qu’effrayée par les risques potentiels.

 

symptothermie

Symptothermie : 3 ans plus tard

Après 3 années de symptothermie, je pense pouvoir affirmer que je connais le fonctionnement de mon corps à la perfection. Je suis d’une manière générale beaucoup plus à l’écoute de mon corps. Avant même de confirmer mon ovulation et donc mon passage en période infertile, je la ressens directement au niveau de mon abdomen. Mon cycle un peu anarchique après l’arrêt de la pilule (régulier mais avec des pertes de sang au moment des règles quasi inexistantes) va de mieux en mieux, et tous les effets secondaires liées à la pilule (bouffées de chaleur et sueurs nocturnes, déprime, irritabilité, troubles de la libido, sécheresse vaginale) ont disparu. Je me soigne maintenant exclusivement de façon naturelle et ai même trouvé un remède à mon acné (raison pour laquelle j’ai commencé la pilule assez jeune, comme beaucoup d’entre nous).

 

Je me sens plus que jamais en parfaite osmose avec mon corps de femme et les particularités de son fonctionnement. Je sais mettre le doigt là où ça ne va pas quand quelque chose coince et ai une connaissance approfondie de mon cycle. Si demain nous décidions de mettre un bébé en route avec mon chéri, je saurais exactement à quel moment nos chances de concevoir sont optimales. J’avance donc encore jour après jour avec la symptothermie en toute confiance et sérénité quant à l’avenir de ma contraception et la gestion de ma fertilité.

 

Plus qu’une modification de mon moyen de contraception, c’est un changement total de vie qui s’est opéré. Je vis plus sainement et porte une attention particulière à mon bien-être physique et mental. J’ai réellement l’impression d’avoir vécu une renaissance, et comme je me plais à le dire, je ne reviendrais en arrière pour rien au monde. La symptothermie a sauvé ma vie de femme.

 

Les pro-pilule rétorqueront peut-être que je ne suis pas certaine d’être tout à fait fertile et donc que la fiabilité de la symptothermie ne peut pas être démontrée, ou encore repose sur un coup de chance (sur 3 années consécutives, soit, à raison d’une ovulation par mois en moyenne, 36 coups de chance me paraissent beaucoup). Ce à quoi je répondrai qu’étant donné les nombreux effets secondaires dus à la pilule qui me gâchaient la vie à l’époque, j’ai passé de nombreux examens médicaux qui ont tous révélé ma fertilité comme n’ayant aucun problème particulier. J’ajouterai aussi que la communauté des femmes qui pratiquent la symptothermie s’accroît de plus en plus, et nombreuses sont celles qui ont déjà eu des enfants au moment où elles les voulaient, sans aucune autre erreur de parcours en dehors. La fiabilité de la symptothermie ne repose donc pas seulement sur moi mais sur une multitude de femmes qui ont, elles aussi, décidé de gérer leur fertilité sans vivre sous la coupe des lobbies pharmaceutiques.

 

Par cet article, je ne tiens pas spécialement à convertir toutes mes lectrices à la symptothermie (j’ai de nombreuses personnes au sein même de mon entourage qui n’y sont pas du tout sensibles et je respecte le choix de chacune). Je souhaite juste aider les femmes qui se posent des questions, et recherchent un moyen de se libérer des contraceptions chimiques et mauvaises en tous points, tout en partant à la découverte de leur féminité et de leur fertilité. Je souhaite leur apporter les informations cruciales qui m’ont manqué pendant l’année où j’ai recherché en vain une solution à mes maux causés par la pilule (pour finir par tomber sur la symptothermie :)).

Je trouve triste le fait que la symptothermie peine à se faire connaître, mais cela ne m’étonne pas le moins du monde. Il est difficile pour un atout révolutionnaire, gratuit et qui amène la connaissance, de se faire une place dans une société où tout tourne autour de l’argent. Quoi qu’il en soit, la symptothermie a, à tout jamais, impacté positivement ma vie et j’espère vous avoir un peu aidées, par mon histoire personnelle, à voir la lueur au bout du tunnel des contraceptions chimiques dévastatrices.

 

Vous souhaitez vivre l’aventure
de la symptothermie avec moi ?

Rejoignez le groupe Facebook que je viens de créer pour que l’on puisse en discuter ensemble, et devenez une femme libre !

symptothermie



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *